Se reposer sur les pharmaciens pour lutter contre le désert médical

Se reposer sur les pharmaciens pour lutter contre le désert médical

1241 708 Alice Renucci

Ce lundi matin, l’Assemblée nationale aborde, lors d’une première lecture, le projet « Ma Santé 2022 ». De nouveaux droits pourraient être accordés aux pharmaciens. 

La loi « Ma Santé 2022 » est sujette à une première lecture ce lundi. La fin du numerus clausus tout comme la réorganisation de la carte hospitalière seront abordées. Les députés proposeront également des amendements afin d’octroyer plus de pouvoir aux pharmaciens.

Accorder aux pharmaciens de nouveaux pouvoirs

Accorder plus de pouvoir aux pharmaciens permettrait notamment de lutter contre les déserts médicaux. En effet, les pharmaciens sont partout. Selon l’Ordre des pharmaciens, on dénombre 22  510 officines sur l’ensemble du territoire. On ne connaît pas de déserts pharmaceutiques.

Prescrire des médicaments pour de petites pathologies

Suite à ce constat, les députés de la majorité ont émis l’idée de se reposer sur ces derniers afin de pallier le manque de médecins. Les pharmaciens dépasseraient le statut de commerçants. Ils deviendraient de véritables interlocuteurs aptes à endosser un rôle médical, lorsqu’un patient rencontrerait des difficultés à trouver un médecin. Si l’amendement est voté, les pharmaciens pourront prescrire des médicaments pour de petites pathologies telles que l’angine ou encore la conjonctivite.

Renouveler certains traitements lors de maladies chroniques

Thomas Mesnier, député urgentiste LREM, a proposé un autre amendement. Il souhaiterait permettre aux pharmaciens de renouveler certains traitements, notamment dans le cadre des maladies chroniques. En effet, « quand vous avez de l’hypertension, du cholestérol, et que vous allez voir un médecin tous les trois mois, on peut très bien envisager que vous n’alliez le voir que tous les six mois et qu’entre temps votre pharmacien vous renouvelle votre traitement », expose-t-il.

Modifier une ordonnance en cas de rupture de stock

Dans un dernier temps, les députés proposent d’habiliter les pharmaciens à modifier une ordonnance, en cas de rupture de stock. Cette mesure serait applicable pour les maladies chroniques, comme l’asthme ou l’hypertension.

Une mesure critiquée par les médecins

De nombreux médecins accueillent mal cette nouvelle. « C’est vraiment une dégradation de la qualité de prise en charge des patients, et pour moi c’est vraiment scandaleux », rage Jean-Paul Hamon, président de la fédération des médecins de France. « Tout ça n’est pas raisonnable, pour moi le pharmacien est une sécurité sanitaire et il ne faut pas lui faire changer de métier », explique-t-il.

Crédit photo : https://www.santemagazine.fr/actualites/pharmaciens-de-conseillers-a-prescripteurs-les-francais-sont-pour-306059

Un commentaire

Laisser une réponse

error: Oups !