Sida : la lutte contre le VIH reste une priorité mondiale

Sida : la lutte contre le VIH reste une priorité mondiale

630 315 Alice Renucci

Depuis lundi, plus de 15 000 professionnels se rendent à Amsterdam pour une conférence d’une semaine sur le sujet du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Ce rassemblement se présente pour les spécialistes comme un moyen de faire le point sur les avancées face à la maladie.

L’accès aux traitements contre le VIH s’émancipe

Aujourd’hui, nous comptons 36,9 millions de personnes qui vivent avec le VIH. Ces dernières espèrent qu’il ne s’aggrave pas en sida, le stade le plus avancé de l’infection. Le nombre de décès a éminemment chuté. Alors qu’en 2005 nous recensions 1,9 million de morts liées au sida, nous en comptons 940 000 en 2016 et 2017, c’est à dire la moitié. L’Onusida affirme que cette baisse est avant tout liée au progrès de la diffusion et de l’efficacité des traitements. En effet, l’organisme note dans un rapport que trois séropositifs sur cinq prennent des traitements antirétroviraux, le taux n’a jamais été si élevé.

Malgré un progrès certains, les chercheurs réalisent qu’ils ne sont pas assez rapides pour lutter contre le virus. Les objectifs fixés en 2016 pour 2020 sont loin d’être atteints.

VIH

Favoriser la prévention à la prescription

Par ailleurs, on note une remontée du VIH dans certaines régions. Cette hausse s’explique par différents facteurs. Tout d’abord, il faut souligner un défaut de dépistage « très associé à la question de la discrimination et de la stigmatisation » selon François Dabis, directeur de l’ANRS. « C’est le cas en Afrique centrale et de l’ouest, ainsi qu’en Europe de l’Est et Asie centrale », spécifie-t-il. Dans ces pays, les populations les plus exposées au VIH (les homosexuels et les toxicomanes) sont victimes d’une législation répressive et d’isolement. Aussi, le manque de prévention encourage la progression du virus.

Selon François Dabis, les traitements existent mais la prévention reste le meilleur moyen de restreindre les victimes du sida. Il considère que la principale difficulté reste de faire prendre conscience aux personnes qu’elles doivent se faire dépister, que « c’est le seul moyen de pouvoir être traité ». Linda-Gail Bekker, présidente de l’International AIDS Society (IAS), soutient ce point de vue. Elle pense que favoriser le traitement à la prévention serait une « erreur stratégique ». Étrangement, les soins qui permettent de vivre avec le VIH discréditent la prévention.

La PREP : un traitement qui permet d’éviter la contamination

Ainsi, durant le rassemblement, la PREP sera abordée. Il s’agit d’un traitement préventif contre le VIH. Il assure à 90% d’éviter la contamination. Les femmes doivent le prendre tous les jours. Les hommes peuvent l’utiliser à la demande, deux jours avant ou quelques jours après un rapport sexuel risqué. Ce médicament permet d’éviter d’être contaminé. Aujourd’hui, environ 7 000 personnes en France utilisent le Truvada.
Le sujet de la « rémission » sera aussi abordé. François Dabis espère que des malades pourront mettre fin à leur traitement suite à des recherches scientifiques.

L’argent, toujours l’argent

Toutefois, pour de telles avancées une dotation demeure indispensable. Après une chute financièrement pendant deux ans, les fonds octroyés aux pays à revenus faibles et moyens ont augmenté de 12 % entre 2016 et 2017. Seul hic, le président Trump a diminué sa part alors que François Dabis déplore déjà le manque de moyens. L’Onusida estime les manques de financements à 7 milliards de dollars par an pour que l’on ne considère plus le sida comme une menace en 2030.
En 2019, la France accueillera le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et la paludisme. Ils discuteront du plan de financement international pour les cinq années à venir. Les défis restent nombreux : après trente ans de recherche, le virus demeure incurable et sans vaccin.

 

Crédits photos : https://www.franceinter.fr/societe/contre-le-sida-la-bataille-continue
https://www.huffingtonpost.es/2015/11/21/entrevista-fin-del-sida_n_8608982.html

Laisser une réponse

error: Oups !