Journée de lutte contre le cancer : 13 médecins condamnent la chirurgie illégale

Journée de lutte contre le cancer : 13 médecins condamnent la chirurgie illégale

920 420 Alice Renucci

Aujourd’hui, en cette journée mondiale de lutte contre le cancer, treize chirurgiens ont publié sur Europe 1 une tribune exclusive condamnant les chirurgies illégales du cancer, des opérations récurrentes.

En effet, méconnu du grand public, ces pratiques restent fréquentes. Chaque année, des milliers de français malades du cancer se font opérer dans des hôpitaux ou des cliniques non habilités à exercer ces actes chirurgicaux. Ainsi, treize professionnels se sont retrouvés dans l’objectif de stopper ces médecines illégales.

Les praticiens investigateurs du mouvement sont majoritairement des chefs de services de grands centres en cancérologie. Ils expliquent qu’il est primordial que les patients soient opérés par des chirurgiens spécialisés, dans des centres qui le sont également. Il s’agit d’une question de survie.

Sur 571 établissements, 115 n’étaient pas habilités à opérer : soit un établissement sur cinq 

L’alarme a été tirée par l’Assurance maladie en juillet dernier. En effet, un rapport a été divulgué prenant le cas du cancer du sein. En 2014, sur 571 services qui ont facturé des opérations relatives à la pathologie à l’Assurance maladie, 115 ne disposaient pas d’autorisation. Au-delà du geste frauduleux, les conséquences se révèlent dramatiques. En effet, un an après l’opération, on constate que le taux de décès, des femmes opérées dans ces 115 établissements, a doublé.

« La survie des gens est en jeu »

Ainsi, les treize chirurgiens, mandataires de la tribune, ont témoigné de situations critiques. « On voit des patients qui ont été mal pris en charge. Il y a des manques que l’on peut corriger dans un second temps mais cela peut amener à réaliser des chirurgies beaucoup plus importantes qu’elles n’auraient dû l’être si le diagnostic avait été bien fait », explique Fabien Reyal, chef du service de chirurgie à l’Institut Curie à Paris. En effet, les pratiques illégales peuvent se traduire par « des gestes beaucoup plus mutilants ». « Lorsque vous opérez mal un ovaire la première fois, c’est difficile de le récupérer derrière. Et c’est pareil pour tous les cancers. La survie des gens est en jeu ».

Qu’entend-on par « centres habilités » ? 

La différence entre les centres habilités et ceux qui ne le sont pas, se fait dans le taux de pratique. En effet, la chirurgie du cancer ne s’improvise pas et s’apprend par la pratique. Depuis dix ans, il s’agit d’un des critères pour obtenir l’autorisation. Dans le cas du cancer du sein, par exemple, le minimum s’élève à 30 opérations. Ainsi, ce seuil n’est pas respecté dans un cas sur cinq, alors qu’il est déjà très bas. En effet, en Allemagne, en Espagne ou encore en Italie, le minima se dresse à 150 opérations par an.

Un problème majeur : le manque d’informations 

En somme, le problème réside dans le fait que le patient n’a  pas conscience du risque qu’il encoure. Soit le médecin généraliste l’a mal orienté, sans penser à mal ; soit le chirurgien a été conseillé par un proche. Catherine Simonin, secrétaire générale de France Assos Santé, est scandalisée. « Les patients qui subissent des opérations dans ces centres qui ne respectent pas le seuil n’ont aucune information. Ils ne savent pas que l’établissement n’est pas habilité ».

Quelles mesures faut-il prendre pour abolir la chirurgie illégale ? 

De la part du gouvernement : 

Suite à ces débordements, le Ministère des Solidarités et de la Santé a pris les choses en main et souhaite redresser la situation dans l’année. L’Assurance maladie ne prendra plus en charge ces chirurgies illégales. Les minimas exigés pour être habilité seront également réévalués.

De la part des patients : 

En attendant l’instauration des nouvelles lois, il est conseillé aux malades et à leurs proches de se rapprocher du site internet de l’INCA, l’Institut national du cancer. Une carte de France, classée par départements et types de pathologies, indique les établissements habilités à pratiquer.

Crédits vidéos : Europe 1 
Crédit photo : Biomédical Center

Laisser une réponse

Your Name (required)

Your Email (required)

Subject

Your Message

css.php
error: Oups !