Ma santé 2022 : Le Ministère souhaite « accélérer le virage numérique »

Ma santé 2022 : Le Ministère souhaite « accélérer le virage numérique »

979 559 Alice Renucci

Le 25 avril, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, accompagnée du secrétaire d’Etat chargé du numérique, Cédric O, a présenté les grandes lignes de la politique du numérique en santé dans le cadre du projet Ma santé 2022.

Cette journée a été l’occasion d’immerger les ministres au coeur du numérique en santé. Ils ont pu rencontrer des porteurs de projets, des acteurs institutionnels et publics ou encore des start-up tous liés par une chose : l’innovation numérique en santé. Les représentants d’établissements de santé, ainsi que des professionnels et des patients étaient également présents. Sous forme d’atelier, chacun a présenté les réalisations qu’il avait déployé au niveau régional ou national.

Quelles sont les grandes orientations de la feuille de route ?

Après des échanges fructueux, la ministre a annoncé la nomination de Dominique Pon et Laura Létourneau, respectivement responsable et déléguée ministériels de la délégation ministérielle du numérique en santé, nouvellement créée. Les nouveaux nommés auront en charge 5 grandes orientations de la feuille de route :

  • renforcer la gouvernance numérique en santé ;
  • intensifier la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé ;
  • accélérer le déploiement des services numériques socles ;
  • déployer au niveau national des plateformes numériques de santé ;
  • soutenir l’innovation et favoriser l’engagement des acteurs.

Du changement, mais pour quand ?

Pour se faire, un calendrier encadre les nouvelles mesures. Nous pouvons prendre l’exemple du premier volet sur la gouvernance du numérique en santé. À partir de décembre 2019, l’Asip santé présidée à partir de juillet par Annie Prévot, actuelle directrice des SI de la Cnaf, deviendra l’Agence du numérique en santé (ANS). Elle mettra en œuvre la stratégie définie par la Délégation ministérielle du numérique (DNS), (qui remplacera la DSSIS). Dominique Pon et Laura Létourneau, respectivement responsable et déléguée ministériels du numérique en santé, copiloteront le projet.

Une nouvelle doctrine pour un « État plateforme »

Symboliquement, pour mettre en image la cohérence et la mutualisation, les deux délégués ont créé une nouvelle doctrine : l’État plateforme qui impose un référentiel commun ainsi qu’un socle éthique et technique commun.

Son objectif : aligner l’ensemble des acteurs de l’écosystème de la e-santé

Construit comme une maison, ce cadre de référence a pour visée d’aligner l’ensemble des acteurs de l’écosystème de la e-santé. En effet, dans les fondations, on retrouve en vrac l’éthique, la sécurité, l’interopérabilité des SIH. Concrètement, fin 2021 doit démarrer la généralisation de l’identifiant national pour les personnes physiques. Aussi, les premiers tests de la e-CPS en vue de l’authentification numérique des acteurs de santé sont lancés à partir de juin 2019. Les premières expérimentations débuteront en 2020, avec une montée en charge progressive jusqu’en 2022. Enfin, un des nombreux trous dans la raquette devrait être comblé en matière de sécurité des données de santé avec l’extension du dispositif de déclaration des incidents de sécurité à l’ensemble des acteurs de santé et la mise en place d’un système national de cybersurveillance en santé à partir de 2020.

Visuel extrait du dossier de presse de la feuille de route « Accélérer le numérique en santé »

Faciliter l’accès aux données pour les professionnels de santé

Enfin, les professionnels de santé noteront dans les pièces de la maison le lancement d’un bouquet de services numériques. Ces derniers ont pour but de faciliter l’accès à l’ensemble des outils dont un professionnel a besoin dans son exercice quotidien, sans qu’il ait à se réidentifier à chaque changement d’outil. Pour atteindre cet objectif, un vrai coup d’accélérateur devra être donné à l’interopérabilité entre les différents outils numériques. En somme, ce bouquet permettra aussi aux professionnels de mieux connaître l’offre de services numériques publiques et privées disponible. 

Crédit photo : https://www.francerein.org/actualites/23-ma-sante-2022-reforme-du-systeme-de-sante

Laisser une réponse

Your Name (required)

Your Email (required)

Subject

Your Message

css.php
error: Oups !