Les cerveaux des enfants sont-ils modifiés par les écrans ?

Les cerveaux des enfants sont-ils modifiés par les écrans ?

647 285 Alice Renucci

Les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) ont regroupé 21 centres afin d’étudier les « tracés différents » des cerveaux des enfants. En effet, les chercheurs supposent d’éventuelles modifications du système neurologique lorsque les plus petits restent longuement exposés aux écrans. Ainsi, ils cherchent à savoir si une sur-consommation de jeux vidéos ou de supports internet influencent leur développement. La chaîne CBS a révélé les résultats préliminaires de cette étude.

Une étude menée auprès de 4500 enfants

Aujourd’hui, les scientifiques ont observé 4500 enfants de 9 et 10 ans. Avec l’aide de l’imagerie par résonance magnétique (IRM), les scientifiques ont pu attester des variations entre les enfants consommateurs d’écrans, et les autres. Le docteur Gaya Dowling, responsable de cette étude, s’est prononcée dans « 60 minutes ». Elle parle de « tracés différents » des cerveaux des enfants utilisant des smartphones, tablettes ou jeux vidéo plus de sept heures par jour.

Un amincissement du cortex

En effet, l’IRM révèle un amincissement prématuré du cortex. Cette couche cérébrale traite les informations envoyées au cerveau par les cinq sens. L’amincissement du cortex « est considéré comme un processus de vieillissement », explique Gaya Dowling. Toutefois, elle ne se prononce sur le caractère néfaste du processus. « Nous ne savons pas si c’est causé par le temps passé devant les écrans. Nous ne savons pas encore si c’est une mauvaise chose ». En effet, en 1999 des chercheurs américains affirmaient dans Nature neurosciences que la quantité de matière grise corticale augmentait jusqu’à la préadolescence avant de diminuer. « Ce que nous nous attendrions à voir plus tard se produit un peu plus tôt », rajoute le Dr. Dowling.
Il faudra attendre l’avancée des études pour savoir si l’amincissement cortical prématuré provient de l’abus d’écrans ou lui est seulement associé.

Le pouvoir addictif des smartphones

Les chercheurs ont également abordé le pouvoir addictif des smartphones. En effet, les écrans créent une une forme de dépendance. Le temps passé devant ceux-ci stimule le dégagement de dopamine, l’hormone du plaisir. Pour prouver ce phénomène, les chercheurs ont scanné le cerveau d’adolescents lorsqu’ils consultaient leur fil d’actualité Instagram.

Des résultats à prendre avec des pincettes

Toutefois, la plus grande prudence dans l’interprétation des résultats est de mise. Les utilisateurs étudiés sont de très gros consommateurs. Aussi, le cerveau reste un organe plastique que les expériences quotidiennes modifient. Dans cette perspective, il est logique qu’une activité exercée sept heures par jour ait un impact. « Les enfants qui passent plus de deux heures par jour devant un écran ont de moins bons scores pour la mémoire et les tests de langage », précise le documentaire diffusée sur CBS.

Pour mener à bien cette étude, le NIH accompagne 11 000 enfants pendant plusieurs années. L’Institut souhaite déterminer l’impact des écrans sur leur développement intellectuel et social, et sur leur santé en général. Des résultats complémentaires commenceront à être divulgués début 2019.

Laisser une réponse

Your Name (required)

Your Email (required)

Subject

Your Message

css.php
error: Oups !