Stopblues : quand l’e-santé vient luter contre les états dépressifs

Stopblues : quand l’e-santé vient luter contre les états dépressifs

1000 500 Alice Renucci

Chaque jour, des individus souffrent de solitude, de tristesse ou d’idées noires. Stopblues est une application créée par des professionnels de santé. Elle signale les états dépressifs et permet de les comprendre. Elle fournit également de l’aide pour lutter contre les passages à vide.

Le suicide : un problème de santé publique

Des chiffres alarmants

Selon le rapport de l’Observatoire national du suicide (ONS), en France, chaque année 200 000 personnes tentent de suicider et 10 000 en meurent. Ces chiffres datent de 2016 mais le suicide reste une cause de mortalité précoce importante. En effet, on note presque trois fois plus de décès par voies suicidaires que par accidents de la route. On constate également que le phénomène touche davantage les hommes que les femmes, soit environ 75 % des victimes.

Une sous-estimation des constats

De plus « les chiffres sont sous-évalués, car tous les suicides ne sont pas répertoriés en tant que tels. Une dimension de stigmatisation existe aussi dans notre société. On n’ose pas parler du suicide à nos proches, les potentiels suicidaires ont souvent du mal à le reconnaître eux-mêmes », mentionne Anaïs Le Jeannic,  chercheuse en santé publique et membre de l’équipe de Stopblues.

Stopblues, c’est quoi ?

Stopblues se compose d’interviews pédagogiques de professionnels de santé mais aussi de quizz et d’exercices de relaxation. Ces activités permettent de mieux comprendre les enjeux de la dépression et ses premiers signes. L’application pose également les différences entre un état léger et avancé.

Un acte de prévention primaire soutenu par de grandes instances

L’Epidémiologie clinique et évaluation économique appliquées aux populations vulnérables (Eceve) a mené à bien ce projet. Cette démarche vise, en premier lieu, à combattre le suicide. « L’objectif est de se concentrer sur la phase qui précède le passage à l’acte. Nous sommes dans une logique de prévention primaire. Les personnes peuvent être dans une profonde détresse », déclare Anaïs Le Jeannic.
Stopblues est financée par l’agence nationale de santé publique, sous la tutelle du ministère de la santé, et soutenue par des fonds de la Commission Européenne.

Ne plus faire du suicide un sujet tabou

« La plus grosse difficulté pour les personnes en souffrance est de dépasser la phase de déni. La majorité de ceux et celles qui tentent de se suicider n’ont pas osé parler un médecin de leurs afflictions psychologiques », mentionne Anaïs Le Jeannic.

Pourquoi utiliser l’e-santé ?

Ainsi, l’e-santé permet aux malades de prendre conscience de leur maladie dans un cadre intime. L’application leur fournit des informations fiables sur leur état de santé et les démarches à suivre. Elle reste un outil intermédiaire qui pose un diagnostic et pousse les personnes dépressives à consulter un professionnel. Toutefois, les usagers ont accès à un bouton d’urgence en cas de passage à l’acte. Ainsi, des proches, des médecins ou des services d’urgences sont alertés et reliés à la plateforme en clic.

 

Crédit photo : https://www.marieclaire.fr/,peut-on-guerir-de-la-depression,736523.asp

Laisser une réponse

Your Name (required)

Your Email (required)

Subject

Your Message

css.php
error: Oups !