Les urgences françaises détentrices d’un nouveau record

Les urgences françaises détentrices d’un nouveau record

613 344 Alice Renucci

hôpital urgences patients

En 20 ans, les urgences connaissent une évolution incontestable

Le service statistique des ministères sociaux atteste que le “nombre annuel de passages continue de progresser à un rythme régulier”. En 1996, nous comptions 10,1 millions de passages aux urgences. Aujourd’hui, nous recensons le double. Les établissements de santé font face à une hausse prévisible et explicable.
Selon un rapport de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) publié ce mardi, la nombre de patients ayant transités aux urgences aurait augmenté de 3,5 % entre 2015 et 2016. Cette évolution suit le cours des choses, et laisse place à peu de surprises.

« Un virage ambulatoire »

En 2016, la France compte 719 services d’urgences soit 4 de moins qu’en 2015. Ainsi, le nombre moyen de passages annuels est passé de 28 000 à 29 000. L’écart entre les hôpitaux publics et les cliniques privées reste quant à lui stable : 32 000 pour les établissements publics et 22 000 pour les assistances à buts lucratifs. Au-delà du service des urgences, il est important de noter une progression de 4,3 %  des hospitalisations partielles (sans nuitée), soit 16,5 millions en 2016. A contrario, les hospitalisations dites “complètes” ont diminué de 0,5 %.
Ce phénomène se révèle en corrélation avec la suppression de 4000 lits destinés à des hospitalisations complètes, et compensés par l’ajout de 1850 places de prises en charge partielles. Ainsi, on compte 404 000 lits et près de 75 000 places d’hospitalisation partielle dans 3065 sites hospitaliers : 376 appartiennent au secteur public, 1003 au privé lucratif et 686 au privé non lucratif.

Un impact certains sur les équipes médicales

L’effectif des professionnels de santé s’est aussi adapté à ces modifications. En 2016, on inventorie 190 000 médecins, dentistes, pharmaciens et internes, soit 0,8 % que l’année précédente. Le personnel du secteur paramédical a, quant à lui, augmenté de 0,2 %. Le nombre d’infirmières et de sages-femmes rencontre une hausse tandis que le taux d’aides-soignants connaît une baisse. Les autres catégories d’agents enflent de 0,3 %  et favorisent l’administratif au dépit des techniciens.

La charge administrative croit tout comme le nombre de patients. Pour le bien de ces derniers, il devient indispensable de déléguer certaines tâches. Des sociétés innovantes voient alors le jour pour prêter main forte aux établissements de santé. Paramedic met en relation les centres de soins avec des sociétés d’ambulances. Les soignants peuvent ainsi s’écarter des missions bureaucratiques pour dispenser des soins. Plus besoin de courir après des transports sanitaires, Paramedic s’en charge.

 

Crédits photos : https://bit.ly/2KhNT1p
https://bit.ly/2tzi09U

 

3 commentaires

Laisser une réponse

error: Oups !