Spinali : la start-up qui transforme le pansement en objet connecté

Spinali : la start-up qui transforme le pansement en objet connecté

830 532 Alice Renucci

Spinali Design est une start-up française innovante basée à Mulhose. Elle travaille actuellement avec l’Inserm de Strabourg dans l’objectif de lancer sous peu des pansements connectés.

A quoi ça ressemble ?

Au premier abord, on perçoit peu de différences avec les pansements classiques. Toutefois, les petits bandages se mettent au goût du jour et entrent dans l’ère des nouvelles technologies. Un peu d’électronique les compose (capteurs et batteries). De ce fait, ils sont légèrement épais en leur centre.

Comment ça marche ?

Au centre du pansement, on trouve une puce électronique. Un bouton poussoir permet de l’activer avant sa pose. Aussi, l’objet est étanche, ce qui lui permet de pouvoir garder un mois. Connecté à un smartphone, il tient informé le porteur de l’avancée de sa guérison. En effet, les capteurs repèrent et alertent dès qu’il y a un début d’infection. Soit ils décèlent la présence d’agents pathogènes, soit ils notent une hausse de la température corporelle.

Connecté oui, mais comment et avec qui ?

Le pansement connecté communique avec le porteur ou un personnel soignant par le biais d’une application. Ainsi, après avoir alerté les intéressés, il administre un traitement et stoppe l’infection.

Pour qui ?

Ce pansement est destiné aux plaies importantes ou aux malades immuno-déprimés, souvent sujets aux infections. Cette nouveauté permet de ne pas avoir à ôter régulièrement le pansement pour surveiller la plaie. Ainsi, moins de personnel médical est sollicité. Aussi, l’objet connecté permet de ne pas perdre de temps dans la prise en charge du patient infecté.

« Cela pourra intéresser les gens qui ont un système immunitaire déficient, les personnes âgées, les diabétiques, ceux qui ont une chimiothérapie et qui ont du mal à cicatriser, les plaies chroniques principalement », explique un médecin de l’Inserm.

En outre, produit devrait être mis sur le marché fin 2019. Dans un premier temps, il s’inscrira uniquement dans le cadre préventif. Il déterminera uniquement les risques infectieux. Son coût s’élèvera à une trentaine d’euros. La version curative se fera encore attendre quelques temps.

 

Crédit photo : https://www.20minutes.fr/strasbourg/2351103-20181010-strasbourg-pansement-connecte-aider-cicatrisation-detecter-infections-smartphone

Laisser une réponse

error: Oups !