IPA (Infirmier en pratique avancée) : une nouvelle profession dès septembre 2018

IPA (Infirmier en pratique avancée) : une nouvelle profession dès septembre 2018

800 534 Alice Renucci


Le système de santé se modernise. Il pose un nouveau  cadre juridique : « la pratique avancée ». Alors que de nombreux pays l’exercent déjà, la France se lance un nouveau défi. Cette perspective se déploiera tout d’abord au sein des groupes infirmiers dès la rentrée 2018.

Cette pratique note deux objectifs fondamentaux. Il est tout d’abord primordial d’améliorer l’accès aux soins et la qualité de parcours des patients. Ce phénomène sera en corrélation avec la réduction de la charge de travail des médecins sur des pathologies ciblées.

L’infirmier en pratique avancé, aussi appelé IPA, se présente comme un nouveau professionnel de santé, à mi-chemin entre infirmier et médecin, spécialisé dans un domaine. Il dispose ainsi d’une plus grande autonomie et réalise des actes jusqu’ici destinés aux médecins.

Comment devenir IPA ?

Si vous êtes infirmiers diplômés et pouvez justifier au moins trois ans d’exercice, cette formation est faite pour vous. La programme se déroule sur deux ans et octroie le grade de master. Comme dit précédemment, ce parcours ne pourra pas être suivi dans la foulée du diplôme d’Etat infirmier qui dure, lui, trois ans.
Ainsi, le cursus du diplôme d’infirmier en pratique avancée se présente comme une poursuite d’études gratifiante après un IFSI (Institut de Formation de Soins Infirmiers).

En quoi consiste la formation ?

La première année s’articule autour de cours d’anglais médical, de santé publique, de sciences infirmières et de pratique avancée. Ces apports théoriques vont de pair avec la formation à l’examen clinique d’un patient, aux outils numériques, aux principes éthiques et juridiques ainsi qu’au travail de recherche.

Suite au seconde semestre, le futur IPA choisit l’une des trois mentions proposées. Il se spécialise en « oncologie et hémato-oncologie », en « maladie rénale chronique, dialyse, transplantation rénale » ou en « pathologies chroniques stabilisées ; prévention et polypathologies courante en soins primaires ». Toutefois, seule une poignée d’établissements dispensera cette formation dès la rentrée et certaines facultés ne traiteront que la dernière mention.

Au-delà des cours, deux stages, d’une durée minimum de deux et quatre mois, sont obligatoires, au deuxième et quatrième semestres. Aussi, cette dernière période est destinée au mémoire de fin d’études qui sera soutenu devant un jury.

Alors, sortez vos CV !

Chaque université fixe librement ses modalités de recrutement et d’inscription. Globalement, les candidats déposeront un dossier de candidature auprès de l’établissement de leur choix muni de la spécialisation qu’ils souhaitent suivre. Une fois étudié, ce dossier pourra entraîner un écrit et/ou un oral. Un CV et une lettre motivation, expliquant le projet professionnel visé, accompagneront le dossier. La taille des promotions oscillera entre 20 et 40 personnes.

 

IPA

 

Crédit photos : https://www.123rf.com/photo_53515134_doctor-and-medicine-student-talking-on-hospital-stairs-in-the-background-group-of-trainees-in-blue-u.html
https://lesfemmesetlasecondeguerremondiale.wordpress.com

Un commentaire

Laisser une réponse

error: Oups !